Koléa-Bône.net : Forum consacré à Koléa  : 


                

|
Auteur Sujet:   Ma patrie n'est pas (forcément) mon pays !
Claude
 
  

posté le 30-Jun-2020 17:48             envoyer un email a Claude               

Cette affirmation recouvre 150 ans d'histoire et je
m'aperçois qu'en 2020, peu de Métropolitains la
comprennent !



Ajouter une réponse


|
Auteur Sujet:  
alain roquzs
 
  

posté le 01-Jul-2020 19:38     envoyer un email a alain roquzs                     
Bonsoir Claude. Tu viens de donner le plus merveilleux sujet de philo ,donc a ne pas retenir pour le parodies du bac . Tu as progressé bien plus vite que moi . J'en suis a :je suis un fils de l'Algérie, mon pays c'est la France . les premiers regards ,les premières senteurs ,les premiers émois et les premières amoures , innocentes ,j'en es été façonné dans ce creuset algérien Apres, il a fallu faire avec . C'est la que rien n'a été OUBLIE ni PARDONNE a tous les pervers d'un coté et de l'autre de la mare nostrum
ROUGÉ-RATEAU Hélène
 
  

posté le 12-Jul-2020 11:52     envoyer un email a ROUGÉ-RATEAU Hélène                     
Qui sera à notre époque capable d'analyser notre
problème : PATRIE : OUI - PAYS : NON, puisque
au moment de notre déchéance morale et physique (
je m'exprime en droit ) pour beaucoup d'entre
nous, nos compatriotes n'ont rien compris et ne
nous ont pas tendu la main. Patrie oui nous y
vivons et avons continué de la respecter mais
plus pays car plus rien ne nous y attache.
Lemonnier Alain
 
  

posté le 12-Jul-2020 21:07     envoyer un email a Lemonnier Alain                     
Sujet pour une bonne dissertation certes, mais qui tient la plume ?
Nous , les vieux kroumirs qui avons façonné l’histoire des ces départements ou bien nos petites têtes bien remplies passant le bac cette année . Ces bons ados, bien éduqués par des instits puis des profs qui se sont chargés de l’éducation limpide et claire de notre Histoire de France.
Il est à noter que ce n’est pas le prof de musique qui leur a fait écouter les chansons de Jean-Pax Meffret !
Vais-je aller plus loin dans ce débat ? … le clavier devant moi attend,
Je revendique le droit a la vérité historique et non à l’oubli, mais qui s’intéresse a notre passage dans l’Histoire de cette France et de son Empire ?
Parler de crime contre l’humanité ou de repentance voila l’horizon que l’on nous propose…dubitatif je suis !!
Titi Oléac me comprendrait, nos échanges baptisés « coup de grisous » nous faisaient bien marrer ; c’était un bon patriote ou compatriote, le dernier des Mohicans parti dans les vertes prairies du grand Manitou, sa plume éteinte j’avais tiré ma révérence du site.
Si , par hasard , ces quelques mots sont politiquement correct pour le « modérateur » , j’ en profite pour envoyer un amical bonjour a notre communauté de Koléa des 2 cotés de la belle bleue ; en souvenir des moments passés ensembles, à l école de l’orangerie ou a la ferme avec Rachid.
Sans oublier en 1975, ma venue à Koléa en moto et l’accueil fabuleux dans sa famille .
Alain Lemonnier
Claude
 
  

posté le 15-Jul-2020 11:20     envoyer un email a Claude                     
Merci pour les messages. Effectivement, il y a
ceux qui ne s'attachent qu'à l'aspect "patrie" du
problème car ils ont oublié "ce pays" qui est
presque sorti de leur mémoire, du fait de la
nouvelle vie qu'ils avaient entamée dans leur
patrie ( La France) après 1962. Ce qui est tout à
fait compréhensible car la vie continue. Le "Pays"
n'existe plus, il est vrai, puisque nous n'y avons
plus d'attache physique.

Les Pieds noirs ont toujours voué une admiration à
leur "patrie". Le pays en tant que tel n'était
qu'un département français et quand mon père s'est
engagé en 1939 "pour la durée de la guerre!",
c'était sans doute pour défendre sa Patrie (la
France) et pas forcément pour défendre son Pays
(l'Algérie).

Et il y a toujours ces Algériens qui avaient 14
ans en 1962 et qui collectent des informations
pour savoir qui nous étions et qui vous disent "
Reviens ici, tu es chez toi". "N'aies pas peur,
reviens, on t'attend, les anciens t'attendent, tu
es chez toi ici!" Cela, c'était encore il y a deux
jours.

Et même en 1964, quand mon oncle était retourné
sur la tombe de son père, on lui avait tenu le
même discours à Maison-Blanche à la lecture de son
passeport.

Bref, l'Algérie reste un vaste sujet qui va nous
hanter jusqu'au dernier jour.
Ajouter une réponse


Retour au site Koléa-Bône.Net